Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Prise 2 : le repêchage de 2019 revu et corrigé

Bon. Le Repêchage de 2019 est encore très récent. 9 mois plus tard, les membres de cette cuvée n’ont même pas pu disputer une saison complète. Il s’agit donc d’un «redraft» très hâtif. Mais l’exercice est plaisant.

Voici donc la loterie du repêchage, revisitée.

1. Zion Williamson (Pelicans)

Zion ne gagnera pas le titre de recrue de l’année comme ce l’était prévu. En 19 matchs, il a toutefois montré que le hype était justifié. Avec 23.6 points par match (6 de plus que Morant), le produit de Duke domine le classement des recrues et si c’était à refaire, il n’y a absolument aucun doute que les Pelicans sélectionneraient Williamson.

Le poste de power forward est davantage une lacune qu’au niveau des arrières (Ball et Holiday), et l’aspect marketing qui accompagne Zion ne peut pas non plus être ignoré.

Zion est sélectionné au premier rang du repêchage. Photo : NBA.com

2. Ja Morant (Grizzlies)

Ja Morant va gagner le titre de recrue de l’année lors d’une saison assez bizarre. Non seulement produit-il par lui-même (17.6 PTS), il crée pour ses coéquipiers et a mené les Grizzlies à une place en séries. Ses 7 passes par rencontre le classent loin au premier rang des distributeurs de cette cuvée. Ja est un fit parfait à Memphis et rien ne changerait si c’était à recommencer.

Le jeune point guard a ce qu’il faut pour devenir le visage de la ligue, chez les arrières – avec un statut similaire à ceux de Russell Westbrook et Kyrie Irving lors de leur prime. Le gars a 20 ans et le meilleur est à venir, surtout s’il développe un tir de 3 points.

Ja est resplendissant dans l’uniforme de Vancouver. Photo : Getty Images

3. RJ Barrett (Knicks)

Les attentes étaient relativement élevées pour R.J. Barrett, avec les Knicks. Jusqu’à présent, il a bien fait – sans non plus créer beaucoup de bruit autour de son nom. Néanmoins, aucun joueur ne peut vraiment prendre sa place, en ce moment. Le Canadien n’a que 19 ans et possède tout de même un potentiel très intéressant qui fait encore saliver les observateurs.

R.J. frôle présentement la surface et a encore beaucoup de progrès à faire avant qu’on ne voit le produit final. Dans de meilleures circonstances, il aurait peut-être produit de meilleure façon, disons-le. Pour l’instant, il demeure une certitude au troisième rang – mais pas sans une certaine arrière pensée qu’on chasse rapidement.

R.J. compte plus de défaites avec les Knicks cette saison qu’il en a subies lors des deux dernières saisons. Photo : The Associated Press

4. DeAndre Hunter (Hawks)

Ça aurait sincèrement pu changer, au quatrième rang. DeAndre Hunter était considéré comme l’un des espoirs les plus NBA-ready. Il n’a rien fracassé cette saison, mais il demeure le joueur qui cadre le plus avec les Hawks, surtout maintenant que Clint Capela est à Atlanta. Il complète l’alignement partant constitué de Trae Young, Kevin Huerter, lui-même, John Collins et Clint Capela. Il apporte une dose de qualités défensives et de stabilité au sein de l’une des pires équipes défensives du circuit.

Considérant qu’il est de loin le meilleur ailier du repêchage, on ne change pas d’idée.

Le produit de Virginia s’y fait à Atlanta. Photo : NBA.com

5. Rui Hachimura (Cavaliers)

En 2018, les Cavaliers ont repêché Collin Sexton, un point guard qui préfère tirer que passer. En 2019, les Cavaliers ont sélectionné Darius Garland, un point guard qui préfère tirer que passer. La décision a évidemment été critiquée et ça ne fonctionne pas plus pour Cleveland, cette année. Même si l’on tente présentement de trouver des solutions et que notre collègue Alexis Goulet voit très bien son équipe conserver le même choix, on va changer les choses un peu. Garland est l’un des pires au niveau des statistiques avancées et des revirements.

Rui Hachimura connaît une très bonne saison avec les Wizards et serait une bonne option pour les Cavs. Il peut produire sans avoir le ballon entre ses mains, ce qui permettrait au club de disperser davantage ses possessions. Il n’est pas le cinquième meilleur joueur du repêchage, mais il pourrait cadrer dans l’alignement actuel (et futur) de l’équipe.

Le Japonais est un exemple pour sa nation d’origine. Photo : AFP

6. Brandon Clarke (Timberwolves)

Initialement sélectionné au 21e rang, le Canadien Brandon Clarke a vraiment glissé au dernier repêchage, même s’il est une bête des statistiques avancées – et l’un des joueurs les plus efficaces de la NCAA. Il est excellent défensivement, attrape les rebonds et pourrait compenser pour les lacunes défensives de Karl-Anthony Towns dans la peinture.

Avec un club qui en arrache défensivement, il serait une excellente addition qui viendrait également combler le trou causé par le départ de Robert Covington, au poste 4. Clarke est un glue-guy qui n’a pas le plus grand potentiel, mais qui aiderait les T-Wolves à profiter de leur fenêtre d’opportunité.

Un véritable vol des Grizzlies. Photo : USA Today

7. Cam Reddish (Bulls)

Un peu comme les Cavs, les Bulls y sont allés d’un choix controversé d’un point de vue positionnel. Non, Chicago n’a pas de point guard avec un potentiel incroyable, mais il possède un shooting guard qui a besoin du ballon entre les mains – et qui est inefficace. On a décidé d’offrir à Zach Lavine l’un des meneurs possédant la pire vision du repêchage, Coby White.

Changeons ça. Cam Reddish cadre avec les Bulls et permettrait à Tomas Satoransky de conserver son poste de partant. Le small forward possède beaucoup de potentiel, mais un progrès important avant d’atteindre le prochain niveau. Tant qu’à y aller avec le potentiel et le talent brut, Reddish est un bon pari.

Beaucoup de progrès à faire… Mais tellement de potentiel. Photo : SI.

8. Tyler Herro (Pelicans)

Les Pelicans ont opté pour Jaxson Hayes, un centre très brut qui ne jouait au basketball que depuis très peu longtemps. En date d’aujourd’hui, on parle d’un produit loin d’être final qui n’a même pas percé l’alignement des États-Unis au match Rising Stars. On se dit qu’avec un peu de recul, les Pels iraient d’un autre choix.

On pense donc à Tyler Herro. Les Pelicans ont deux guards au jeu défensif, mais ont besoin d’un gars qui tire de la ligne de 3 points. Herro possède un potentiel intrigant et fait très bien à sa première saison avec le Heat. Il cadrerait bien à New Orleans, aiderait avec une lacune et offrirait plus d’options à Alvin Gentry, dans son backcourt.

Tyler Herro était sous-estimé, et il ne l’est plus. Photo : David Santiago

9. Darius Garland (Washington)

Rui Hachimura n’étant plus sur le tableau, les Wizards pourraient se concentrer à trouver un remplaçant à John Wall, ce qu’ils ne pouvaient pas faire lorsque Darius Garland et Coby White étaient repêchés.

Afin d’alimenter l’option #1 claire et précise en Bradley Beal, on choisit Darius Garland. C’est mieux que Ish Smith, franchement. C’est un pari, mais il doit être pris. Garland au 10e rang, ça peut être un vol.

Il avait raté la majorité de sa dernière saison dans la NCAA. Photo : Getty Images

10. Matisse Thybulle (Hawks)

Les Hawks sont terribles défensivement et Trae Young pourrait être considéré comme le pire défendeur de toute la NBA. Matisse Thybulle est l’un des meilleurs, défensivement. Il vole le ballon à un rythme impressionnant, tire bien de la ligne de trois points et défend le périmètre. Selon ce qu’on a vu et les joueurs qui sont disponibles, les Hawks pourraient très bien opter pour le Français pour combler une lacune importante.

Une paire constituée de Trae Young et Matisse Thybulle pourrait se compléter et aider les Hawks à être plus efficaces.

Matisse Thybulle est tellement utile aux 76ers. Photo : Getty Images

11. Coby White (Suns)

Les Suns ont surpris tout le monde en effectuant la sélection de Cameron Johnson. Jusqu’à présent, ça n’a pas porté fruit et Phoenix pourrait utiliser un autre joueur afin d’envoyer sur le terrain. Encore aujourd’hui, plusieurs ne comprennent pas ce choix.

Au onzième rang, Coby White serait disponible dans les circonstances. Même s’il n’est pas le meilleur pour jouer avec Devin Booker, White serait un bon choix pour une équipe qui a désespérément besoin de renfort dans son backcourt. Outre Ricky Rubio et Booker, les remplaçants sont Elie Okobo et Jevon Carter. Pour l’instant, Rubio demeure le partant. Tant qu’à avoir un joueur sur le banc, les Suns pourraient choisir celui qui possède le plus grand potentiel. Rien ne les empêche de l’échanger, si ça ne fonctionne pas avec Booker – quoique deux joueurs de ce talent pourraient s’entendre.

Coby White est souvent reproché d’avoir une «tunnel vision». Photo : NBA.com

12. PJ Washington (Hornets)

Avec la saison que connaît présentement le sous-estimé PJ Washington, les Hornets choisiraient probablement de miser sur lui au power forward. Il n’y a pas de joueur qui ait produit assez pour le tasser, et il n’y a pas un besoin supérieur au poste de shooting guard pour justifier la sélection d’un autre joueur.

PJ Washington est un diamant trouvé par les Hornets. Photo : CBS Sports

13. Jarrett Culver (Heat)

Le Heat a perdu un shooting guard en Tyler Herro et doit dorénavant lui trouver un remplaçant. Afin d’épauler un Duncan Robinson unidimensionnel, Miami pourrait ajouter le 3-and-D Jarrett Culver, qui ne connaît pas une saison à la hauteur des attentes.

Un choix logique qui aurait le potentiel de rapporter. Encore faudrait qu’il adhère à la mentalité spéciale de ce club mené par Jimmy Butler.

Culver doit apprendre à être un pro. Photo : USA Today

14. Jaxson Hayes (Celtics)

En 2019, les Celtics ont repêché Romeo Langford. Si c’était à recommencer, ils feraient peut-être la même chose. Mais pour notre part, on se doit d’imaginer qu’ils ne cracheraient pas sur Jaxson Hayes, qui a glissé dans cet encan fictionnel. Ainsi, Boston adresse une lacune au centre et se donne une option plus probable que Tacko Fall.

Il est grand, il est talentueux. Mais il a beaucoup à apprendre. Photo : USA Today

Les oubliés

Cameron Johnson et Romeo Langford sont les seuls à glisser des choix de loterie.

Les autres noms notables qui auraient pu être dans les discussions sont Sekou Doumbouya, Eric Paschall, Jordan Poole et Kevin Porter Jr. Terence Davis et Luguentz Dort (non-repêchés) seraient également sélectionnés en fin de première ronde avec Naz Reid.

Podcast