Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une fin de parcours tumultueuse pour Toronto

Les Raptors de Toronto ont peut-être connu des hauts et des bas cette année, mais une récente séquence de 15 victoires consécutives les voit avec une fiche de 40 gains et 15 défaites aux vacances du Match des étoiles. Même si tout semble rose, l’aventure n’est pas terminée. Le reste du calendrier des Raptors représente l’un des horaires les plus rudes de la conférence de l’Est.

La toute dernière portion de la saison régulière débute jeudi soir pour plusieurs clubs de la NBA. Même si tout le monde a disputé environ 54 matchs déjà, tout peut encore changer.

La troupe de Nick Nurse a encore 27 joutes au tableau. Le hic; 15 de ces affrontements sont face à une équipe présentement en séries. Pour deux rivaux de conférence tout juste derrière Toronto – le Heat de Miami (35-19) et les 76ers de Philadelphie (34-21) – ce n’est que 12 et 10, respectivement.

De plus, les Celtics de Boston auront aussi un horaire moins chargé que leurs homologues de division et, en troisième place, ils ne tirent de l’arrière que par 1,5 match.

Crédit: Nathaniel S. Butler/NBAE 2020

Pour ce qui est des puissants Bucks de Milwaukee, c’est d’une avance de 6,5 joutes confortable que l’équipe bénéficie. Minces sont les chances qu’un rival de l’Est s’approche du premier échelon. La question sera plutôt à savoir si Giannis Antetokounmpo et compagnie pourront atteindre le plateau des 70 victoires.

L’horaire restant de la franchise torontoise inclue notamment 3 rencontres au sommet contre ces Bucks en furie, dont deux consécutives le 1 et 3 avril. Les champions en titre verront aussi beaucoup de défis de taille se dresser devant eux comme les Nuggets à deux reprises, le Jazz, les 76ers, les Celtics, les Lakers, les Rockets et le Heat.

Reste à voir si les prouesses de Nick Nurse se poursuivront en conservant la deuxième place au classement avant d’entamer les séries éliminatoires. Si les Raps sont en bonne position une fois les playoffs amorcés, tout est possible pour la franchise canadienne.

Podcast