Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Shai connait un départ canon cette saison

La représentation canadienne dans la NBA est meilleure aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été. Non seulement une équipe de chez nous est présentement championne en titre, mais les athlètes canadiens qui évoluent au sein de la meilleure ligue du monde sont plus nombreux que jamais. Au milieu de cette cuvée se trouve Shai Gilgeous-Alexander qui connait une éclosion resplendissante à Oklahoma City.

Le jeune originaire de Toronto s’est mérité une place parmi l’alignement partant du Thunder à chacune des 6 joutes disputées par l’équipe. Il n’a pas déçu.

Même si nous ne sommes qu’au mois de novembre, le guard de 6 pieds 6 pouces démontre déjà un potentiel clair d’All-Star en mettant de l’avant sa vision de jeu remarquable combinée avec son habileté de marqueur naturel.

La concession de l’Oklahoma peut se compter chanceuse de pouvoir être celle où fleurira SGA durant les prochaines années. Le joueur de 21 ans récolte déjà une moyenne de 21.8 PTS par match, bien au-delà des attentes et de ses statistiques de recrue.

Fait intéressant: chez les Clippers de Los Angeles l’an dernier, Shai n’a mis sur pieds que 3 matchs avec plus de 22 points. Avec sa performance de 23 points samedi face aux Pelicans, le Canadien a déjà surpassé sa marque de parties avec une récolte de 22 points ou plus.

Le 11ème choix de l’encan de 2018 a réalisé l’exploit qu’en 6 apparitions. C’est assez incroyable considérant le fait que Billy Donovan aime jumeler Gilgeous-Alexander avec le vétéran Chris Paul qui requiert le ballon dans ses mains souvent. Si Shai se méritait encore plus de possessions qu’à l’habitude, qui sait ce qu’il aurait à nous réserver.

Une chose est certaine, lui et son cousin, Nickeil Alexander-Walker ont tous deux un futur splendide dans la ligue américaine de basketball par excellence.

Cet échange de maillot pourrait un jour être considéré comme un moment iconique pour le basketball canadien. L’efficacité et la polyvalence que ces deux jeunes talents démontrent à un si jeune âge témoigne de la capacité d’adaptation des jeunes basketteurs du Canada. Si les deux cousins représentent l’avant-goût de ce qui est à venir concernant les jeunes sortant du nord de la frontière, on peut s’attendre à de grandes choses des Canadiens.

1 – Elle est où la défensive des Rockets?

Podcast