Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Rencontre avec un Lavallois aux portes de la NBA

Nathan Cayo, joueur de basketball-étudiant à l’université de Richmond, dans la NCAA, a dû passer plusieurs étapes pour se rendre à la dernière marche avant les portes de la NBA.

En entrevue, Nathan mentionne que son père a décidé de l’inscrire au basketball lorsqu’il avait l’âge de 7 ans, compte tenu de sa propre grandeur. Nathan a commencé à jouer au basket avec le programme de la ville de Laval, puis il s’est inscrit dans l’équipe de son école secondaire, l’École Internationale de Laval. Par la suite, il s’est joint au programme Lucien-Pagé, le même programme où l’ancien joueur de la NBA Samuel Dalembert a joué.

Nathan a ensuite joué une saison au Collège Bréboeuf pour y recevoir une vingtaine d’offres d’universités américaines. Il a reçu des offres des universités de Richmond, Illinois et Providence entre autres. Le small forward de 6 pieds 7 pouces a choisi de joindre les rangs de l’université Richmond. Il étudie actuellement en Global studies and entrepreneurship et il est sur le point d’entamer sa troisième saison avec les Spiders.

Nathan Cayo

Pour cette troisième année avec l’équipe, il se dit prêt avec les autres vétérans de mener l’équipe plus loin. Il croit en leurs chances de remporter leur tournoi de conférence en mars pour accéder au March Madness, le tournoi le plus prestigieux du basketball universitaire américain.

Pour Nathan, un accomplissement personnel de taille serait d’avoir plus de points par match que l’an dernier, lui qui avait obtenu 12,9 points par match. Il s’est entrainé sur son jumpshot tout l’été. D’un autre côté, un accomplissement en tant qu’équipe serait de se rendre au March Madness et d’être l’équipe cendrillon du tournoi.

Pour ce qui est du rêve de la NBA, Nathan va attendre de voir s’il y a des bonnes choses qui se disent à propos de lui avant de mettre son nom pour le repêchage de 2021. « Je veux vraiment être sûr qu’on dise de bonnes choses sur moi, mais sinon ce n’est pas grave je vais finir mes 4 années à Richmond et voir où je vais après. »

Podcast