Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Klay Thompson: Nous aurions gagné si je ne m’étais pas blessé

Lors d’une entrevue accordée à Marcus Thompson de The Athletic, Klay Thompson a déclaré qu’il jouait le meilleur basketball de sa carrière pendant la finale de la NBA en juin dernier. Le journaliste américain a rendu l’entretien accessible lundi matin. Le 11e choix du repêchage de 2011 a aussi dit que son équipe aurait sans doute gagné le championnat s’il ne s’était pas blessé dans le match numéro 6.

Avant de souffrir d’une grave blessure au genou, Klay connaissait une des meilleures séries de sa carrière. En 5 matchs disputés, il avait accumulé une moyenne impressionnante de 26 points par partie en plus d’avoir réussi 59% de ses tentatives derrière la ligne de 3 points. 

Dans le match numéro 6, la moitié des Splash Brothers avait déjà marqué 30 points en seulement 12 tirs tentés, dont 4 tirs de 3 points réussis sur 6 tentatives, pendant 32 minutes sur le terrain avant de subir sa blessure tragique. 

Il restait un peu plus de 2 minutes au 3e quart-temps et Golden State menait par 3 points quand le numéro 11 des Warriors a souffert d’une rupture des ligaments croisés. Il a dû quitter le terrain après avoir tenté deux lancers francs. 14 minutes de jeu plus tard, les Raptors se retrouvaient sur le podium avec le trophée Larry O’Brien en leur possession.

 Le shooting guard des Dubs est convaincu que les choses se seraient passées différemment s’il ne s’était pas blessé.

« Selon moi, oui, on aurait gagné si je ne m’étais pas blessé, » a dit Klay Thompson à Marcus Thompson. « Mais c’est la nature de tous les sports, tu sais? Que serait-il arrivé si telle chose ne s’était pas passée? Ça ne change rien. Selon moi, nous aurions fait ce que nous avions à faire. C’est ce qui est difficile à accepter.  » 

Klay à son apogée

« J’avais honnêtement l’impression d’être à l’apogée de ma carrière dans la NBA à ce moment. J’étais à mon summum. La manière dont je tirais le ballon. La manière dont je jouais en défensive. J’avais l’impression d’être un des meilleurs joueurs. Dans les séries ou dans les finales précédentes, j’étais capable d’être dans l’arrière-plan. Mais dans cette dernière série, j’avais simplement l’impression que, plus que jamais, personne ne pouvait m’arrêter. » 

Malgré sa blessure, le fils de Mychal Thompson, le 1er choix du repêchage de 1978, vient tout juste de signer une prolongation de contrat de 190 millions de dollars américains avec son club cet été. Il va être intéressant de voir s’il sera capable de revenir en pleine forme au cours de la saison 2019-2020.

1- LaMelo Ball fait ses preuves en Australie et monte dans le classement des prospects.

2- Kuzma travaille avec un entraîneur qui se spécialise dans l’art du tir.

3- Kobe veut voir un Match des étoiles plus compétitif.

Podcast