Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Gordon Hayward est finalement de retour à 100%

Gordon Hayward n’a pas été le même depuis sa tragique fracture à la cheville lors du tout premier match de la saison 2017-2018. Les Celtics espéraient recevoir un All-Star lorsqu’ils lui ont accordé un contrat de 4 ans d’une valeur de 128M$ mais ce n’est pas de cette façon que Hayward a produit lors de son séjour à Boston. Toutefois, l’ailier croit avoir fait beaucoup de progrès cet été et affirme être en pleine forme.

Après plusieurs heures de travail au courant de la saison morte, le joueur de 6 pieds 8 pouces dit avoir un regain de confiance, ce qui contraste avec ses commentaires délivrés en automne 2018 où il avouait ne pas se sentir confortable sur le terrain. Un an de réhabilitation n’a visiblement pas été suffisant pour regagner l’ensemble de ses aptitudes puisque son impact chez les Celtics en 2018-2019 a été minime.

Pour sa première saison complète avec la franchise, Hayward a produit 11.5 PTS, 4.5 REB et 3.4 AST de moyenne en 26 minutes de jeu par rencontre. C’est le moins de points marqués de sa carrière depuis 2011-2012, sa deuxième saison chez les pros. Heureusement, il a eu la fortune d’éviter les problèmes de santé durant cette dernière campagne, enfilant ses chaussures pour 72 des 82 matchs au calendrier. Par contre, il ne faisait partie de la formation partante que pour 18 de ces joutes. La raison? Principalement parce que Brad Stevens avait à jongler entre trois brillants ailiers – Gordon Hayward, Jayson Tatum et Jaylen Brown – qui méritaient tous plusieurs minutes à une position sensiblement identique.

L’entraîneur chef a donc décidé de reléguer Hayward au banc plutôt que de faire de lui un power forward, une corde que Gordon ne possède pas à son arc. Son niveau de jeu généralement décevant a aussi été une raison importante du choix de Stevens qui devait absolument agir en début de saison lorsque les C’s passaient au travers d’une période rocailleuse. Le changement drastique d’alignement et de schéma a beaucoup aider le club en deuxième portion de calendrier.

Cependant, l’insolvable chimie qui entourait Kyrie Irving et le reste des membres de l’équipe aura signé l’arrêt de mort de cette version des Celtics. Bon, ça et un certain Giannis Antetokounmpo en deuxième tour des séries éliminatoires.

Tout de même, le coach prisé de Boston a toujours un surplus de talent à l’aile mais, cette année, il devrait s’attendre à une nette amélioration et un effort supérieur de la part des jeunes Tatum et Brown ainsi qu’une production digne de l’étiquette d’All-Star que porte Gordon Hayward, pour sa part.

Les fans de la Nouvelle-Angleterre se réjouiront à l’idée de savoir que ce dernier est dans la meilleure position qu’il ne l’a été depuis deux ans. Le small forward de 29 ans est content, lui aussi, parce qu’il est finalement en pleine santé.

« Je suis de retour à 0 restrictions. Donc je mes sens très bien par rapport à ça. Je suis capable de m’entraîner exactement de la même façon que je suis habitué de le faire sans me préoccuper de devoir faire quelque chose pour un maximum de 10 minutes ou pour un nombre de répétitions limité. Je ne me souciais plus de chirurgie ou de quoi que ce soit, non plus. Donc (l’entraînement) a été génial, vu sous cet angle. »

Sans Irving et sans Horford à Bean Town, la formation mise sur pieds par Danny Ainge se retrouve devant un défi de taille aux portes de la campagne 2019-2020, du moins dans l’immédiat. Le partage de minutes sur l’aile risque de poser problème mais avec une tonne d’atouts et de jeune talent, le futur des Celtics est un des plus prometteurs de la ligue.

Podcast